C’est la faute à toto…

Hollande-Merkel

A quelques jours des un an de l’arrivée de François Hollande à l’Elysée, le PS ne pouvait faire pire que les fuites de ce texte anti-Merkel sorti au moment de la « Convention Europe du Parti Socialiste – Avril 2013 », qui dénonce (je cite en page 4) : « Défaut de conviction européenne. Le projet communautaire est aujourd’hui meurtri par une alliance de circonstances entre les accents thatchériens de l’actuel Premier ministre britannique – qui ne conçoit l’Europe qu’à la carte et au rabais – et l’intransigeance égoïste delà Chancelière Merkel – qui ne songe à rien d’autre qu’à l’épargne des déposants outre-Rhin,à la balance commerciale enregistrée par Berlin et à son avenir électoral. Dans ce contexte, la France possède aujourd’hui le seul gouvernement sincèrement européen parmi les grands pays de l’Union. Cette situation lui donne une responsabilité historique ». Après une première année où le mot d’ordre était c’est la faute à Sarko… Voici donc la Saison 2 avec le c’est la faute à Merko.

Soyons clairs, on a un PS qui est partie intégrante du PSE au niveau Européen (Parti clairement Social Libéral) et qui en France joue la carte de la politique anti-Libéral, le Président Hollande dénonçant lui même l’ennemi sans visage qu’est la finance ! Il serait peut être temps d’avoir une ligne claire et cohérente !

Au delà de cela, le PS qui, rappelons-le au passage, a gagné toutes les élections depuis 2008, obtenant la majorité absolue et les sièges d’élus qui vont avec, que ce soit aux Municipales en 2008, aux Européennes de 2009, aux Régionales de 2010, aux Cantonales et Sénatoriales de 2011, aux Présidentielles et Législatives de 2012, bref la totalité des leviers du pouvoir, n’a eu de cesse de reporter la faute sur Sarkozy jusqu’à ce week-end, choisissant en Angela Merkel son nouveau bouc-émissaire pour l’année à venir.

Un PS qui est tellement en accord avec le droit à l’information de nos concitoyens et à l’expression libre d’une démocratie respectueuse du droit de certains de s’offusquer de certains dérapages (fussent-ils internes), annonce clairement au travers de la voix de Jean-Christophe Cambadélis, la volonté de mener une sorte de chasse aux sorcières pour retrouver la taupe qui a procuré le texte en question au Monde, le député socialiste allant jusqu’à demander la suspension du PS du fautif.

Il serait peut être temps que le PS se rende compte qu’il n’est plus dans l’opposition, mais dans la majorité ; il serait temps qu’au lieu de perdre son temps à trouver des boucs-émissaires à tout ce qui ne va pas en France qu’il mène l’analyse à tout les échelons (et il le peut vu qu’il a tout les mandats à tout les échelons) pour apporter des solutions ; il serait temps que le PS agisse comme un parti en responsabilité (ce qu’il est justement) et apporte une analyse critique de son manque d’action et de résultats désormais plus que flagrant.

Ce texte est un discours inquiétant. Pourquoi sont-ce des discours si graves ? Parce que ce sont des discours de démobilisation. Au lieu d’accuser autrui, le PS devrait prendre conscience qu’il est grand temps de mener au nom de ce peuple français une politique courageuse. Les Allemands ne sont pas plus égoïstes que les Français, que les Italiens ou que les Espagnols. Les peuples défendent légitimement leurs intérêts nationaux et Angela Merkel à titre personnel n’est pas responsable de la situation de la France. Comme le dénonce François Bayrou : « Ce n’est pas de la faute de l’Allemagne si nous n’apprenons pas à lire à nos enfants », les problèmes sont en France et il ne faut pas faire porter la responsabilité sur l’Allemagne ». Il rappel au passage que c’est : « Parce qu’en France, un très grand nombre des efforts que les autres ont conduits n’ont pas été faits. La preuve, c’est que chez nous les déficits ne baissent pas. Lorsque François Hollande est arrivé, on avait un engagement de baisse des déficits à 3% pour 2013. Evidemment, nous serons à combien ? Quatre… » et que « Si nous sommes dans la bonne direction, il n’y a à mes yeux pas d’inconvénients à ce que nous prenions une année de plus. Mais la question c’est que, pour l’instant, nous n’avons pas réussi à créer l’Etat efficace dont nous avons besoin. Car, ce pour quoi je plaide, ce n’est pas pour que nous coupions, c’est pour que nous fassions des économies en servant mieux les gens, en ayant une éducation de meilleure qualité. » 

Bref, à l’heure du bilan des un an, on a juste l’impression que la direction n’est pas définie, que les analyses de la situation réelle ne sont pas faites, que les solutions proposées sont coincés dans un carcan idéologique qui passent à coté de la situation et que la mauvaise foi politique passe au dessus de l’intérêt général. Pauvre France !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s