Le local au service de l’Europe

Strasbourg a marqué une nouvelle étape pour les Jeunes Démocrates Européens dans leur cycle de réflexion après la problématique de l’emploi des Jeunes à Paris en novembre et à Kosice, Slovaquie en décembre. Lors d’une journée de travail sur l’Europe au cœur d’une des capitales européennes, les Jeunes Démocrates et les Jeunes Forces Démocrates ont accueilli les délégations européennes des Jeunes Démocrates Européens (jeunes du Parti Démocrate Européen) le samedi 14 décembre. Les futures élections européennes ont été au cœur des préoccupations sous différents angles : l’apport du local et de la jeunesse.

L’Europe au local ?

Afin de mieux cerner l’importance du local, les deux intervenants matinaux sont des politiciens locaux alsaciens. Le local a une importance particulière pour les thématiques européennes mais comme le précise Frédéric Le Jehan, administrateur territorial : « On essaie de tendre vers l’Europe des régions, mais quand on parle d’Europe des régions, on saute la strate nationale. En France elle est ultra prépondérante. Difficile dans ce cadre de penser l’Europe des régions. ». Le rôle des régions peut être autre ; elles peuvent agir comme un rempart contre le nationalisme pour ce même administrateur territorial.
Cette Europe des régions est : « un slogan plus qu’une réalité » pour Frédéric Le Jehan. Ainsi, les politiques publiques européennes existent mais les citoyens ne se rendent pas compte de leur provenance : selon Pierre Marmillod, Maire et conseiller général (FED-UDI), « Les citoyens et les élus ont une image d’une Europe perçue comme éloignée et inatteignable et l’argument de la paix ne suffit plus pour convaincre les élus de se battre pour l’Union européenne ». Frédéric Le Jehan met en parrallèle les différents niveaux de politique publique : « La complexité au niveau local ou national existe, et ce n’est pas un frein à la participation ». Le niveau local peut ainsi servir d’exemple et ainsi aider à « personnifier l’Union européenne pour lever la participation ». Par exemple, dans un autre domaine, « Rien n’a plus fait pour l’Europe qu’Erasmus et les échanges au sein de l’Union européenne» pour le Maire et conseiller général FED-UDI.
Ce constat est aussi perçu par le public majoritairement composé de jeunes : « L’Europe ne dit pas ce qu’elle fait, et les régions n’utilisent pas les fonds pourtant à leur disposition »

Pour conclure, vue la proximité des prochaines élections européennes, l’échelon local a un rôle à jouer afin de permettre aux citoyens d’avoir un accès direct à une Union européenne qui devra plus se politiser. Comme l’indique Frédéric Le Jehan : « Si on veut pouvoir parler de manière simple de l’Europe, il faut qu’elle soit simple ! »
Ce débat a ensuite été suivi de plusieurs ateliers de réflexion sur la campagne pour les européennes ainsi que d’une rencontre avec les Strasbourgeois pour les sensibiliser à l’Europe avec des acteurs politiques locaux ayant eu des expériences européennes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s