Hollande continue à faire ce que Sarkozy prévoyait après avoir supprimé les réformes votées

Je ne vais pas revenir aujourd’hui sur la suppression de la TVA sociale par Hollande qui est confirmée comme restaurée depuis hier dans ses voeux à la presse (comme je l’ai dénoncé il y a deux jours dans mon article « La Famille n’est plus rentable« ) j’ai horreur de me répéter, mais je vais revenir sur une autre réforme abrogée par le PS à son arrivée au pouvoir en juin 2012 qui verra finalement le jour après avoir été supprimée « La réforme des Collectivités locales » que j’avais dénoncé le 26 Février 2009, car franchement vouloir fusionner deux régions aussi différentes et particulières que l’Alsace et la Lorraine est une aberration ! On nous dit déjà assez souvent dans le développement généralisé de l’inculture et de l’amnésie collective que l’Alsace et la Moselle ont été annexés par l’Allemagne en 1871 ! Je rappellerai qu’il ne s’agissait que de la quasi totalité de la Moselle (saut le pays haut) et le Sud Est de la Meurthe, ce qui a amené à la création du département de la Meurthe et Moselle le 7 septembre 1871 à partir des trois anciens arrondissements de la Meurthe : Lunéville, Nancy et Toul et un ancien arrondissement de la Moselle : Briey, qui n’avaient pas été annexés ! Je rappellerai également que l’Alsace-Moselle sont sous le régime religieux concordataire dont je suis un fervent opposant et que je demande sa suppression depuis bien des années !

Après ce cours d’histoire accéléré, revenons à l’actualité. 

Je citerai les réactions des plusieurs responsables Socialistes à l’époque de la réforme de Nicolas Sarkozy en 2009 sur ce sujet qui l’ont qualifié ce projet de «régression» ou encore de «grande magouille», voyant là notamment «une manière pour la droite de récupérer du terrain alors que la gauche gouverne actuellement 20 régions métropolitaines sur 22»… Maintenant ils le font ! Car oui, le PS maintenant dans la majorité préconise la fusions de plusieurs régions pour passer de 22 à 15, en fusionnant plusieurs ensembles, dont l’Alsace et la Lorraine, la Haute et Basse Normandie, La Franche Comté et la Bourgogne, le Rhône-Alpes et l’Auvergne et pour finir Haut de Seine et seine Saint Denis. La Picardie serait amenée à disparaitre, et ses départements seraient dispatchés dans les régions voisines : l’Oise en Ile-de-France, la Somme au Nord-Pas-de-Calais et l’Aisne à la Champagne-Ardenne. Selon le même modèle, la région Poitou-Charente serait découpée au profit des régions Limousin et Aquitaine… En somme, ni plus, ni moins que la réforme territoriale qu’ils ont supprimé dès 202 et qui devait s’appliquer à l’occasion des élections Cantonales et Régionales en 2015 en créant le Conseiller Territorial !

Fusion Regions

Bref vous l’aurez compris, en quelques jours seulement, François Hollande s’engage à finaliser le programme de Nicolas Sarkozy de 2007-2012 ! Nos élus sont-ils tous idiots ou tous amnésiques ? Pour moi, ils sont totalement dépassés car visiblement ils n’ont toujours pas compris qu’avec internet, tout ce que vous dites et retenu, commenté, enregistré et peut ressortir à chaque instant !

Le local au service de l’Europe

Strasbourg a marqué une nouvelle étape pour les Jeunes Démocrates Européens dans leur cycle de réflexion après la problématique de l’emploi des Jeunes à Paris en novembre et à Kosice, Slovaquie en décembre. Lors d’une journée de travail sur l’Europe au cœur d’une des capitales européennes, les Jeunes Démocrates et les Jeunes Forces Démocrates ont accueilli les délégations européennes des Jeunes Démocrates Européens (jeunes du Parti Démocrate Européen) le samedi 14 décembre. Les futures élections européennes ont été au cœur des préoccupations sous différents angles : l’apport du local et de la jeunesse.

L’Europe au local ?

Afin de mieux cerner l’importance du local, les deux intervenants matinaux sont des politiciens locaux alsaciens. Le local a une importance particulière pour les thématiques européennes mais comme le précise Frédéric Le Jehan, administrateur territorial : « On essaie de tendre vers l’Europe des régions, mais quand on parle d’Europe des régions, on saute la strate nationale. En France elle est ultra prépondérante. Difficile dans ce cadre de penser l’Europe des régions. ». Le rôle des régions peut être autre ; elles peuvent agir comme un rempart contre le nationalisme pour ce même administrateur territorial.
Cette Europe des régions est : « un slogan plus qu’une réalité » pour Frédéric Le Jehan. Ainsi, les politiques publiques européennes existent mais les citoyens ne se rendent pas compte de leur provenance : selon Pierre Marmillod, Maire et conseiller général (FED-UDI), « Les citoyens et les élus ont une image d’une Europe perçue comme éloignée et inatteignable et l’argument de la paix ne suffit plus pour convaincre les élus de se battre pour l’Union européenne ». Frédéric Le Jehan met en parrallèle les différents niveaux de politique publique : « La complexité au niveau local ou national existe, et ce n’est pas un frein à la participation ». Le niveau local peut ainsi servir d’exemple et ainsi aider à « personnifier l’Union européenne pour lever la participation ». Par exemple, dans un autre domaine, « Rien n’a plus fait pour l’Europe qu’Erasmus et les échanges au sein de l’Union européenne» pour le Maire et conseiller général FED-UDI.
Ce constat est aussi perçu par le public majoritairement composé de jeunes : « L’Europe ne dit pas ce qu’elle fait, et les régions n’utilisent pas les fonds pourtant à leur disposition »

Pour conclure, vue la proximité des prochaines élections européennes, l’échelon local a un rôle à jouer afin de permettre aux citoyens d’avoir un accès direct à une Union européenne qui devra plus se politiser. Comme l’indique Frédéric Le Jehan : « Si on veut pouvoir parler de manière simple de l’Europe, il faut qu’elle soit simple ! »
Ce débat a ensuite été suivi de plusieurs ateliers de réflexion sur la campagne pour les européennes ainsi que d’une rencontre avec les Strasbourgeois pour les sensibiliser à l’Europe avec des acteurs politiques locaux ayant eu des expériences européennes.

Week-end européen – Jeunes Démocrates Européens – Strasbourg

Les Jeunes Démocrates 54 étaient présents à ce weekend Europe organisé par les Young Democrats for Europe Merci à Séverin Lamotte , Vincent Cataldo et Yohan pour leurs participation .

Au programme :

9h30 -11h30 : débat sur le thème de l’Europe dans les régions – intervenant : Pierre Marmillod (FED-UDI – Maire et conseiller général) et Frédéric Le Jehan (MoDem – administrateur territorial).

11h30-14h : Repas

14h00-15h30 : Débat sur le communication autour des élections Euroépennes de 2014

15h30 – 16h30 : Distribution de tracts à Strasbourg

16h30-18h30 : Débat avec les eurodéputés (Nathalie Griesbeck et un député européen UDI)

18h30 – 20h : Départ ou quartier libre (nous proposerons Cathédrale, Petite France et Marché de Noël).

Ce diaporama nécessite JavaScript.