Retour à la Maison

Revenir dans un parti politique traditionnel à l’heure actuelle peut sembler être à contre courant… pourtant… après avoir pris le temps de la réflexion… avoir regardé l’état des différents partis politiques en présence… lu leur programmes… leurs idées… leurs valeurs…

Après être parti du constats simple que les combats que j’ai mené au niveau associatifs ces dernières années (en particulier dans le domaine de la protection du Patrimoine) avaient leurs limites et que ce n’est que par l’engagement en politique que l’on pourra mener ces questions au plus haut pour faire bouger les choses… En partant de l’analyse que le dégagisme qui a mené au Macronisme a aussi ces limites et démontré l’amateurisme en politique qui en découle…

J’ai passé 10 années à cogiter la politique… Impatient à reprendre les débats avec une équipe… Écrire les projets électoraux… Travailler les alliances… Ça m’avait manqué… Car il faut que les partis reviennent avec des idées.

Je ne rêve que d’une chose… Pouvoir voter pour un projet plutôt que contre une personne… C’est la le plus grand défi des partis. On va avoir du travail y’en a pour des années… Mais quel plaisir de revenir à la maison ! Il faut se battre pour faire voter des idées… Une vision… Un projet !

Surtout ce que j’ai envie en revenant c’est arrêter le vote contre… Depuis 2002 on ne fait plus que ça

On verra ce que donnera l’avenir… Au moins revenir au PRG permettra de revenir aux bons débats sur les idées et les valeurs et ça me va ! C’est aussi retrouver des amis avec qui je suis resté en contact sur la dernière décennie (pour certains), que je retrouve avec plaisir comme si on s’était quitté hier (pour d’autres) et localement de retrouver des militants avec qui je me sui engagé dans d’autres partis dans le passé (qui ont fait le même choix que moi d’adhérer au PRG) et c’est quand j’ai appris que les copains étaient adhérents que je me suis dit que j’allais les rejoindre. Des gens très bien et dynamiques !

J’ai toujours cette ligne simple qui consiste à dire que quand on est responsable politique, on se doit d’appliquer la ligne d’alliance nationale localement, que l’on soit en accord ou non avec cette dernière… Sinon on ne prend pas de responsabilités !

Tout ne sera pas simple et je ne me fait pas d’illusion. La démocratie interne (quand elle est exercée comme il se doit) amène à des décisions collégiales que l’on se doit de respecter et d’appliquer même si à titre personnel on n’y est pas favorable… La politique est trop devenue une foire d’empoigne permanente où chacun conteste tout pour exister… faire exister des courants et donc des divisions qui pourrissent finalement l’enjeu même de la politique, qui est de donner de son temps, de son énergie, pour défendre des idées et des valeurs que l’on veut porter au plus haut avec la conviction qu’elles serviront l’intérêt commun… Tout le contraire de cette vie politique actuelle du spectacle, du voyeurisme, des élections du plus populaire sur twitter… Cette affichage malsain et égoïste que ne défend que des intérêts particuliers ou de castes… ou l’on regarde plus la couleurs politiques des gens pour faire le buzz et être réélu, plutôt que d’oser l’audace des décisions impopulaires parfois qui pourtant seraient plus bénéfiques pour tous… notre pays en crève !

C’est un parti neuf qui repart à zéro que je retrouve… Un parti dont toute l’ancienne équipe qui avait poussé à mon exclusion est partie… un parti qui se reconstruit en réaffirmant ces valeurs inchangés… en étant plus que clair sur les alliances aux élections, qui demande de la discipline là où il en manquait il y a 10 ans. Alors oui on repart petits… mais on repart sur des bases saines et la politique en a bien besoins en ce moment.

De toute façon on ne peut rien faire sans rassembler la politique c’est ça aussi des compromis !

La tendance actuelle dénonce les accords, les alliances comme des magouilles où de la tambouille électorale pour garder en place quoi qu’il arrive un système politique à bout de souffle… Mais ceux qui font cela ont quoi à proposer mise à part la défiance, la haine, le rejet de tous ceux qui pensent différemment d’eux… qu’on t’il d’autre à proposer que l’extrémisme des idées ? le jusqu’au boutisme des actions ? l’hystérisation permanente du débat sur chaque sujets de société et d’actualité ? et surtout la négation même de la culture de la démocratie, de l’échange, de l’écoute de l’autre, de la mixité des opinions… qui sont la richesse de notre République, notre héritage culturel… oui la France est le Pays des lumières, le pays du dialogue, de l’échange, de l’écoute, du dialogue et de l’engagement pour l’intérêts communs de tous les citoyens… C’est le pays où Tous « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune ». Le but de tout engagement politique doivent « être fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous » et il n’y a pas de cause plus noble que celle-ci à défendre. Il est des moments où chaque victoire compte… Et même si on ne parvient pas à tout réussir de suite, l’essentiel est d’aller dans le bon sens ensemble !

Mon retour en politique est toujours fondé sur ces valeurs d’échanges et de dialogue pour porter des idées dans le seul sens de l’intérêt commun. J’ai trop vu dans mes engagements précédents des partis où aucun dialogue n’existait… trop de faux débats cadrés par les barons des partis comme seuls voix légitimes ayant le droit de s’exprimer… Alors voilà pourquoi je reviens dans le seul parti où je me suis senti chez moi avec un énorme plaisir… Le PRG a été le seul parti démocratique où j’ai pu m’enrichir des débats, des rencontres des échanges riches qui rythmaient cet engagement.

Publicité

Déni de démocratie en vue !?

Sur le terrain pour ses élections Européennes :

  • Je n’ai eu de cesse de rappeler cette nouveauté qui consistait à avoir pour la première fois un Président de la Commission Européenne issu de la couleur politique du Parlement ;
  • Je n’ai eu de cesse de condamner le service publique télévisuel français qui refusait la diffusion du débat entre les 5 candidats à la tête de la direction de la commission Européenne (Jean-Claude Juncker pour la Droite, Guy Verhofstadt pour le centre, Martin Schultz pour la Gauche, Ska Keller pour les écologistes et Alexis Tsipras pour l’extrême gauche) ;

Résultat, la Droite gagne avec une majorité (de 308 élus toutes tendances réunies) certes relative vu qu’il ne peut y avoir majorité qu’avec un accord de gouvernance et devra chercher les voix manquante auprès des centristes (59 élus) et les écologistes (52 élus). On nous annonce maintenant que Jean-Claude Juncker, ancien premier ministre luxembourgeois, se heurte au refus du premier ministre britannique, David Cameron, mais aussi du premier ministre des Pays-Bas, Mark Rutte, ou de la Suède, Fredrik Reinfeldtqui, alors qu’il est arrivé en tête des élections européennes, car jugé trop fédéraliste, trop usé par vingt années en Europe, ce qui mène à la sortie du chapeau de Michel Barnier. Et là on voit immédiatement dans leur « franchouillardise » lancer un cocorico français ! On nous prend pour des cons !

Je n’ai pas défendu Jean-Claude Juncker, mais j’affirme ceci : Si il n’est pas mis à la tête de la commission Européenne, la prochaine fois c’est 65 à 70 % d’abstention aux élections européennes ! Il ne faudra pas jouer les surpris !

Encore une fois, l’Angleterre qui comme à son habitude nous joue l’Europe à la carte qui lui convient mène une attaque en règle comme à l’accoutumée contre toute avancée fédérale de l’UE ! Je leur dit ceci : Faites un choix, Oui ou Non vous restez dans l’UE mais choisissez ! En attendant n’empêchez pas les autres d’avancer ensemble pour une Europe plus fédérale, seul moyen de lutter contre les dumping et la concurrence libre et non faussée qui vous est si chère et qui est justement la cause de cette Europe qui se fait concurrence en interne là où lm’on devrait avancer pour plus de convergence pour être plus à l’aise dans la concurrence économique mondiale !

Autant j’ai toujours été réticent à une Europe à deux vitesse, autant aujourd’hui je pense que maintenant il est nécessaire et même vital de créer une gouvernance forte entre les 18 pays membres de la zone Euro (bientôt 19) : Allemagne, Autriche, Belgique, Chypre, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Lettonie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Portugal, Slovaquie, Slovénie… et au 1er Janvier la Lituanie… permette d’avancer ensemble à une convergence économique, fiscale, du droit social, du droit salarial, de rapprochement et de fusion des grandes entreprises de ces pays pour créer les leader de demain dans de nombreux domaines (Énergie, Transport en commun, Santé, Télécommunication, Armement, Automobile, Spatial, Chimie, Métallurgie…) quitte à laisser sur le carreau les 10 autres pays, l’Angleterre ne se gênant pas depuis des décennies de créer ses leaders mondiaux avec les Américains, soyons intelligent pour aligner en face une réponse Européenne en ayant comme idéal un  fédéralisme qui assuré une protection au mieux disant, un alignement par le haut obligatoire, tout en tenant compte de la nécessite d’un calendrier avec des dates butoirs qui forceront à avancer.

En tout cas, si Jean-Claude Juncker n’est pas élu à la Présidence de la Commission Européenne, ce serait pour moi un déni de démocratie grave qui nuira forcément à l’image de l’Europe (qui n’est déjà pas bien brillante) et je ne manquerai pas d’entrer en résistance contre ces pratiques inacceptables !

Guaino / Lamassoure révélation de l’anti-fédéralisme Européen à l’UMP

L’investiture du député européen Alain Lamassoure, élu naguère dans la circonscription sud-ouest, qui servira cette année à recaser Michèle Alliot-Marie, a le mérite de clarifier les positions politiques réelles des uns et des autres. Il suffit en fait d’écouter Henri Guaino, qu’il en soit encore remercié, pour se faire son idée. Le député des Yvelines explique que Lamassoure représente des convictions fédéralistes – aux antipodes des siennes – qui rouvriront les plaies de Maastricht et du Traité constitutionnel européen. Une position anti-fédéraliste Européenne qui n’étonnera pas les  pro-Européens… Si l’UMP à ses débuts à joué la carte du fédéralisme, de la réforme de la France pour une réforme fiscale libérale alignant petit à petit la France sur le taux moyen d’imposition en Europe (dont la démarche la plus symbolique était la TVA sociale prévue à 21% soit exactement le taux moyen de TVA en Europe), depuis le virage à Droite toute, avec la pression interne du courant de la Droite Forte et l’arrivée  de Jean François Copé comme Président… Les attaques contre toutes formes de fédéralisme Européens sont désormais légion et assumées pour coller d’avantage à la droitisation de l’UMP pour ramener les électeurs FN dans l’escarcelle. Ce que les dirigeants actuels de l’UMP, grâce à leurs combines, permettent de le rouvrir n’est finalement réaffirmation que les militants de l’UMP restent attachés à la souveraineté nationale, et ce n’est pas un fait nouveau.

Pour être juste, le PS au pouvoir n’a guère fait mieux en 18 mois ! Citer seulement une seule mesure qui va dans le sens de plus de fédéralisme Européen ! Juste une seule… Je vous met au défi de la trouver ! A retenir dans l’actualité, il faut lire le petit ouvrage de Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, intitulé L’urgence européenne et publié par la Fondation Jean-Jaurès, pour comprendre le degré de scepticisme des socialistes… ou encore de Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif qui multiplie les charges contre l’Union européenne. Le 12 septembre, sur Europe 1, il dénonçait l’UE qui « vit sur des idées déclassées qui appartiennent au temps d’avant. Sur les technologies (…), l’UE, c’est la cavalerie américaine qui arrive quand tout le monde s’est fait scalper. » Et n’oublions pas le summum de la charge anti-Européenne des Socialistes qui le 26 Avril 2013 lançaient l’offensive anti-Merkel du Parti socialiste, le Bureau national du Parti socialiste ayant adopté, mardi 30 avril, un texte de « réorientation » des politiques européennes en faveur de la croissance suite à la polémique suscité par ses attaques qui ont fait scandale.

Les seuls qui sont fédéralistes, qui veulent une Europe plus forte et plus unie se trouvent au Centre. L’Alternative défend depuis toujours (Aussi bien au MoDem qu’à l’UDI) une Europe plus sociale, plus solidaire…

Face au dumping social ce n’est pas moins d’Europe qu’il nous faut, mais plus d’Europe !

En résumé, il faut obliger à trouver un pacte raisonné et raisonnable allant dans le sens d’un alignement progressif des taux de prélèvements de protection sociale, de fiscalité des pays, de fiscalité appliquée au entreprises, de taux de TVA , de coût de la vie, de niveau de salaires… Bref se donner un objectif d’alignement, dans les meilleurs délais, à + ou – 10% fiscalement l’ensemble des pays Européens, voilà le moyen de lutter contre le dumping social et donc la délocalisation des entreprises au sein de l’Union Européenne et la concurrence déloyale de certains pays qui déséquilibrent la concurrence libre et non faussée qui est pourtant une règle en Europe ! Quand on voit qu’en Irlande, au Danemark, ou encore en Suède le taux de prélèvement moyen est de 20% contre 53% en France, il y a forcément quelque chose à faire. On constate qu’il n’y a pas plus de misère dans les pays avec moins de prélèvements… de plus ces pays créent de l’emploi car ils sont attractifs ! Si on doit attendre une réforme Française qui n’a pas eu lieu en 30 ans, on a le temps de rater la reprise économique. L’Europe est une conviction forte chez moi qui repose sur une vision claire des choses :

Oui l’Europe doit donner un cadre légal et une direction claire allant dans le sens de l’alignement des 28 pays dans tous les domaines de la vie ; Oui l’Europe doit imposer les réformes par des directives quand les pays sont incapables de se prendre en mains ; Oui l’Europe doit être fédérale avec un Président élu et un gouvernement Européen formé de grands ministère qui appliqueront les grandes lignes programmatiques tout en respectant les particularités nationales et qui sera l’échelon de diplomatie qui doit être privilégié à l’avenir (auprès de l’ONU, dans les cas de théâtre opérationnels militaires extra-Européens…) ; Oui l’Europe de la défense doit être créée car l’utilité des armées nationales n’est plus quand l’Union Européenne est un espace de paix ; Oui les Douanes Européennes doivent être mutualisées pour lutter plus efficacement contre les trafics intra-Européens et assurer une meilleure protections aux frontières de l’espace Schengen ; oui l’Europe monétaire doit passer par la Banque Européenne qui doit remplacer à terme les Banques Nationales du type « Banque de France » pour une prise de décision utile est efficace comme le fait la FED Américaine, car l’Euro ne peut fonctionner pleinement sans réel gouvernement monétaire derrière (ce qui n’existe nul part ailleurs dans le monde)…

Je me réjouît du lancement de la campagne Européenne de l’Alternative qui apportera de véritables solutions, portées par de véritables députés Européens à plein temps, qui sont passionnés par l’Europe (à l’instar des parachutages des battus légions au PS et à l’UMP) et qui veulent réformer l’Europe dans le sens d’une Démocratie réelle.

Bannière Alternative lancement Européennes

https://www.facebook.com/events/1415801145329764/?ref=22