Le MoDem 54 aux cérémonies de commémoration de la déportation

En ce dimanche 27 Avril 2014, le Modem 54 était présent aux cérémonies de commémoration du souvenir de la déportation.

Étaient présents aux cotés de nombreux militants

Danièle Noël, Présidente du MoDem 54, conseillère municipale de Nancy déléguée à l’Europe.

Lucienne Redercher, Adjointe au Maire de Nancy, en charge de la Culture et des Droits de l’Homme.

Ainsi que le Bureau des Jeunes Démocrates représenté par

Séverin Lamotte, Président des Jeunes Démocrates 54, conseiller municipal de Champigneulles.

Yohan Drian, Secrétaire Fédéral des Jeunes Démocrates.

Retour en images sur la journée

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La cérémonie de la honte !

C’est au-delà de la consternation, et le mot est faible tant la colère est grande, à la découverte de l’article « Crispations au souvenir » dans l’édition du 29 Avril 2013 de l’Est Républicain.
 
Le Club ALTER EGAUX n’ayant pas été invité à la réunion préfectorale du 19 Avril 2013, demandée à l’initiative d’Equinoxe (notre changement d’adresse n’étant visiblement pas parvenu à la directrice de cabinet du Préfet, Mme Magalie Daverton), nous n’avons de fait pas assisté à la réunion qui a abouti à la remise en cause des accords passés avec la préfecture et les associations concernant l’organisation des cérémonies de mémoire de la déportation.
 
Nous imaginons sans aucunes difficultés, qu’Equinoxe a joué, comme d’habitude, sur des demandes spécifiques à destination uniquement des déportés homosexuels, niant le travail de la FNDIRP qui est l’association représentante de tous les déportés et résistantsLeur bêtise (pour ne pas dire leur connerie…) a abouti à ce que le travail fait par notre association depuis 10 ans, en collaboration avec les associations mémorielles, vole en éclat, alors que c’est justement cette demande de réunion qui a mené à leur responsabilité pleine et entière dans la disparition des acquis des dernières années, se permettant de parler au nom de toutes les associations LGBTRésultat !!! Retour en arrière avec deux cérémonies, cette association créant une commémoration officieuse. Ces personnes se permettant même l’hypocrisie de « demander un message Républicain et universel » alors que c’est justement leur vision communautariste qui fait éclater l’unité trouvée depuis 4 années, ayant permis l’intégration au carré des officiels, de toute association (LGBT, Tsiganes, Féministes…) qui en ferait la demande auprès de la Préfecture.
 
Mais si la consternation s’arrêtait là… Que dire des propos de Chaynesse Khirouni, députée récemment élue, et qui ne connaît manifestement pas le dossier, déclarant : « A partir du moment où on reconnaît la déportation pour motif d’homosexualité, je pense qu’il faut retravailler le protocole. Il ne doit pas y avoir de mémoires particulières, mais une mémoire commune »N’avons-nous pas fait ce travail en permettant l’intégration de toutes les associations, ensemble et sans distinction particulière, au carré des officiels !?
 
Et que dire de M. Philippe Mercier, qui signe cet article totalement partisan (omettant depuis toujours de publier nos communiqués !!!), qui à l’outrecuidance d’écrire : « Les représentants des fédérations d’anciens combattants et de déportés ont déposé une gerbe au seul nom de leurs organisations », alors que cela a toujours été le travail d’unité fait pas la FNDIRP qui dépose une gerbe depuis toujours au nom de tous les motifs de déportation. C’est méconnaître profondément le rôle de chacun.
« On ne peut faire disparaître son nom (FNDIRP) du bandeau de la gerbe au profit d’une inscription générale comme le voudrait l’association LGBT (Equinoxe) » comme l’estime Lamaï Becher, président des Amis de la fondation pour la mémoire et la déportation en Meurthe et Moselle, ce qui résume très bien notre position de toujours.
 
Yoann HENRY                                                        Yohan DRIAN
Président du Club Alter Egaux                              Vice-Président du Club Alter Egaux

Intervention au Mali, il faudrait prévoir le coup d’avance

zones aqmi

Juste une petite réflexion sur ce conflit au Mali, on a l’impression que pour l’instant les terroristes ont toujours un coup d’avance sur les forces alliées qui combattent pour libérer le Mali.

A mon sens, à l’instant même où l’Algérie a donné son accord pour survoler son espace aérien, on devait se douter que les représailles tomberaient.

Or on a ce sentiment que la prise d’otage qui a eu lieu n’avait pas encore été imaginée comme possible alors qu’aqmi démontre une prise du site gazier en un temps très court avec une très grande organisation. Je pense qu’au moment même où les islamistes sont entré en guerre, il y a déjà 6 mois, pour prendre le contrôle du Mali, ils avaient déjà anticipé l’intervention des forces Africaines et Françaises (ces dernières étant même une évidence) et avaient déjà préparé des représailles à l’encontre de tous les pays limitrophes qui apporteraient leur soutien aux interventions occidentales en priorité, mais également aux forces Africaines, qui tardent vraiment à intervenir alors qu’elles devraient être normalement les premières en ligne.

Du sort de ressortissants Français

Je pense que les ressortissants Français ne sont en sécurité nul part où les mouvements islamistes existent, car en soutien les uns aux autres, les prises d’otages, voir les assassinats pur et simples sont une menace bien réelle.

Il aurait fallu dès le début mettre en alerte les ambassades ainsi que tout les Français à l’étranger, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, en bref dans tous les pays musulmans où la menace terroriste existe et sur tous les continents. Mais peut être que cela a été fait sans être pour autant médiatisé pour éviter une psychose générale.

Manquerions nous de mémoire ?

A t-on déjà oublié l’annulation du Paris-Dakar qui a quitté le continent Africain depuis 2008 à cause de menaces islamistes en Mauritanie et au Sénégal ? Deux pays voisins du Mali qui sont tout autant menacé que ce dernier. A t-on prévu un temps soit peu une mobilisation sérieuse pour éviter que ces pays voisins ne subissent le même sort ? Je ne le pense pas, et cela se révèle inquiétant.

Et encore, a t-on pensé à un déséquilibre total de la région en prenant en compte la situation au Niger, les risques de rechute en Egypte (où les Islamistes sont au pouvoir) et en Lybie (où la menace est réelle), sans oublier le développement ces derniers temps de cellule islamismes au Tchad, au Soudan, en Ethiopie, au Kenya… et comme le hasard fait bien les choses, en Somalie, où les forces Françaises sont également sur le front.

Une inquiétude ancienne qui se confirme ?

J’ai un ressenti fort sur le fait que tout le nord de l’Afrique est menacé par une prise de force par les armes de la part des Islamistes, et que mise à part le Maroc et l’Algérie qui disposent d’une armée suffisamment conséquente et formée, aucun autre pays n’a les moyens de se défendre contre une telle agression. Tout ceci me rappel que j’avais écrit déjà un article sur cette crainte intitulé : Le printemps arabe deviendra t-il l’Automne Islamiste ? et que de fait après le printemps arabe de 2011, c’est l’hiver 2012 qui marquerait la fin d’une période d’une brève paix relative dans le nord Africain.