La Gauche du Grand Nancy a perdu une occasion de se taire…

En lisant le Magazine « Grand Nancy Actu », c’est avec consternation que je lis la tribune de « la Gauche du Grand Nancy » qui reproche de « fermer en plein été les piscines les plus fréquentées de l’agglomération »  critiquant de soi disant problèmes « techniques liés à des travaux » et invoquant plutôt « des raisons budgétaires » en parlant des fermetures en Juin de la piscine de plein air Bobet à Nancy Thermal et celle de Gentilly qui est accolée au quartier populaire du Haut du Lièvre…

Grand Nancy Actu n°77

Téléchargez le dernier numéro au format Acrobat PDF ou feuilletez le directement ici

Quelle critique absurde et infondée.

Pour habiter à proximité immédiate de la piscine de plein air Louison Bobet à  Nancy  Thermal, je peux affirmer que chaque année cette dernière fait l’objet de travaux d’entretien avant sa réouverture annuelle estivale. Ce n’est ni quelque chose de nouveau, ni une mesure exceptionnelle de la « méchante droite » pour stigmatiser le « bon peuple de gauche »… Tout les ans c’est la même chose, tout les ans cette piscine qui avoisine tout de même les 45 ans, vu qu’elle date de 1971, et qui par sa situation de plein air et fortement dégradée par les conditions climatiques ce qui nécessite une réfection incessante des plages entourant la piscine, des dallages, des carrelages des piscines (car elle est vide l’hiver)… Car le souci premier (et l’obligation légale) de la communauté urbaine de que cette dernière reste ouverte au public… Alors certes, cette année les travaux auront été plus long, mais c’est inhérent au fait que cette dernière est vieillissante…

Pour ce qui est de la Piscine de Gentilly, rien de neuf non plus. Cette fermeture est programmée depuis un bon moment pour faire des travaux et améliorer l’accessibilité du public à mobilité réduite… Là encore, nulle discrimination… L’année passée c’est la piscine de Jarville qui était fermée, l’année d’avant c’était celle du Lido à Tomblaine (qui a connu de très grand travaux suite aux inondations). En d’autres termes, chaque année, une à deux piscines du Grand Nancy, sur les 13 de l’agglomération, sont fermée pour des travaux d’entretiens plus ou moins important… Un calendrier échelonné dans le temps qui prouve que chaque piscine sera rénovée au fil du temps.

On n’entend pas l’opposition de Gauche se plaindre de la fermeture tout les ans de la piscine ronde thermale… Trop bourgeois peut être pour éveiller leur intérêt !

Piscine Bobet

Tout cela ne tiens pas la route et se brise au mur des réalités !

Non le Grand Nancy ne ferme pas les piscines du bon peuple de Gauche car il ne voterait pas pour la majorité en place… ! Et cette volonté de rénover petit à petit les 13 piscines du Grand Nancy (qui coûtent dans les 13 millions d’euros par ans à la communauté Urbaine, un coût forcément très important en comparaison des 3 piscines de Metz, ville gérée par la Gauche…) tord le cou au mensonge de la Gauche qui prétend qu’il existerait une différence de traitement du « service public », de la « justice sociale », de la « qualité de vie » et de l' »égalité de traitement pour les différents territoires et quartiers » selon que l’on habite une commune de gauche ou de droite… Prenez vous vos électeurs à ce point pour des cons pour considérer qu’ils ne sont pas assez intelligent pour voter dans le sens de leurs intérêts ? Si ce que vous dites est vrai… Ce serais prouvé dans les urnes… et vous ne gagneriez pas les élections municipales… Car si le service publique de la communauté urbaine était effectivement à la carte, les électeurs donneraient une majorité plus large à la majorité actuelle pour s’assurer une égalité du service rendu par la communauté urbaine…

En clair, je me réjouit de voir une communauté urbaine qui rénove toutes les piscines, et ce quelque soit la couleur politique de la commune, afin d’offrir un service publique à la qualité égale et optimale pour l’ensemble des habitants du Grand Nancy… C’est la gauche qui fait un tri ségrégationniste dans sa façon de voir les choses. C’est inquiétant, car si ils étaient en responsabilité, cela voudrait-il dire qu’il ne rénoveraient que les services publics des communes de gauche ??? Fausse critique qu’ils émettent justement contre la majorité en place. Il y tout de même de quoi être inquiet !

Yohan DRIAN

21 Juillet 2015

Financement de la gare TGV-TER de Vandières une aberration du manque de concertation en Lorraine !

S’il est un sujet des plus divisant depuis des années en Lorraine sur le thème des transports, c’est la bagarre incessante entre Nancy-Metz qui mène à la multiplication des gares TGV quand on reste incapable de trouver les fonds pour raccorder la ligne TGV jusque Strasbourg !

Le débat a été féroce lors de la construction de la ligne TGV entre le choix de Louvigny et de Vandières. Louvigny l’emporta contre toute logique, vu que cette gare se situe en rase campagne sans aucune connexion au réseau existant de TER ! C’est justement ce qu’il convient de corriger. D’où le retour de la Gare de Vandières, située à 10 kilomètres à vol d’oiseau, mais qui a l’avantage d’avoir un accès direct aux voies du réseau TER et TGV, pour un budget total de 120 millions d’€ ! (Faut-il rappeler 35 millions d’€ ont déjà été dégagés pour la construction d’une même gare à Louvigny ?). Le point négatif étant que cette nouvelle gare est d’avantage éloignée de l’aéroport Metz-Nancy Lorraine (15 km contre 5 pour Louvigny).

VANDIERES 3

Cette gare de Vandières serait financée par la région puis par l’Etat et enfin les départements de Meurthe-et-Moselle, de la Meuse et des Vosges qui sont favorables à la nouvelle gare TGV/TER. La Moselle s’y oppose estimant que la gare TGV de Louvigny est déjà suffisante. La gare existante de Louvigny devrait d’ailleurs à terme devenir une gare de Fret pour les trains de marchandises, ce qui est utile compte tenu de l’aéroport voisin.

Christian Poncelet, le Président du Conseil Général des Vosges et Jean-Pierre Masseret, le Président du Conseil Régional, ont rencontré le ministre du Budget Bernard Cazeneuve, mercredi 20 novembre 2013 pour évoquer l’apport financier de l’État dans le financement de la gare de Vandières. Le débat est donc relancé de plus belle !

Vandières est, selon la Cour des Comptes, la gare de trop dont il faut suspendre la construction -mais à laquelle le Conseil d’État a rendu un avis favorable à la Déclaration d’Utilité Publique- et qui dans le meilleur des cas ne pourra pas être achevée avant 2018. En prime, la part de l’État dans le tour de table financier est un point de blocage depuis de long mois en raison de la situation économique de notre Pays. Donc connecter le réseau existant à la gare existante permettrait de faire des économies tout en réglant le problème de correspondance entre les trains Régionaux et les TGV Nationaux et Européens, le tout en étant à proximité directe de l’Aéroport !

VANDIERES 1 VANDIERES 2

Une question se pose… Cela ne couterait-il pas moins cher de dévier la trajectoire de la ligne TER entre Nancy et Metz pour connecter le réseau à la gare TGV existante afin de créer une connexion directe en TER Nancy, Pont-à-Mousson et Metz ? Pour ce qui est de la gestion du Fret, il suffirait d’agrandir les locaux existants de Louvigny pour créer la gestion de Fret inexistant. Il me semble que ce choix coûterait bien moins cher que les 120 millions d’€ prévus pour la Gare de Vandières.

En sachant que pour 20 kilomètres de voie ferrée de réseau TER il faut débourser 10 millions d’€ (12 km entre Pont-à-Mousson et Louvigny et 18 kilomètres entre Louvigny et Metz), soit 30 kilomètres de voie au total entre Pont-à-Mousson et Metz en passant par Louvigny, on arrive à 15 millions d’€ au total pour les voies neuves. Ce à quoi il faut ajouter qu’une extension pour le Fret ne coutera pas plus cher qu’une gare d’accueil de voyageurs, donc on arrivera forcément à moins de 30 millions d’€. Au final on constate vite que conserver Louvigny et l’adapter reviendrait à 45 millions d’€ au total contre 120 millions d’€ pour le projet de Vandières ! On pourrait même envisager avec les économies réalisées la création d’une ligne de tram direct entre la gare TGV de Louvigny et l’aéroport ! Si pour une fois les élus de la Région pouvaient se mettre d’accord, ce serait des économies non négligeables à la clé.

Fausse polémique autour de la Place Thiers !

Place Thiers 2Entre les reportages sur la fermeture du parking Thiers depuis le 5 Août, et l’abattage des deux arbres centenaires le 6 Août, la polémique enfle. Mais sur quoi repose t-elle ? Mise à part une hypocrisie mal assumée !

Place Thiers 1

Le Parking non compensé selon certains…

Avec l’extension du parking Kennedy (370 dont 150 places nouvelles), l’ouverture du parking Centre des Congrès (+455 places) depuis avril, sans oublier les parkings Saint Léon (220 places), Saint Jean (240 places) et Joffre (470 places), ce ne sont pas moins de 1700 places à moins de 200 mètres de la gare, dont la majeure partie à moins de 100 mètres. Donc, en tenant compte des nombreux panneaux lumineux qui ont été installés aux quatre points cardinaux de la gare, visant à indiquer ces parkings, leur distance et le nombre de places restantes, je suis plus qu’étonné de voir encore des usagers faire face aux caméras de télévisions pour nous faire part de leur méconnaissance de l’existence de ces parkings, et en particulier de celui du Centre des Congrès !

Pour ce qui concerne le parking Thiers, qui est certes fermé pour 2 ans, compte tenu de la lourdeur des travaux, rien d’étonnant à cela. On parle quand même de la démolition de la dalle haute qui constitue la place actuelle (soit 6 mois de démolition et autant de reconstruction) et de la création d’un espace entièrement piétonne qui amène à la création la vaste passerelle amenant au sous sol niveau -1, qui constitue un élargissement du parking actuel de 30 mètres sur 100 (soit 3.000 m2 supplémentaires) afin que la circulation puisse exister, sans déranger la circulation piétonne. Cette extension va jusqu’au sous sol du hall de la gare Thiers existante. C’est dire l’étendue des travaux. Alors forcément ce type de grands changements inclus forcément quelques victimes collatérales…

Place Thiers 3

Ah horreur, deux arbres en moins !

Venons-en au deuxième point de polémique, l’abattage des deux arbres centenaires ! Comment voulez-vous élargir la passerelle souterraine de 2 mètres de large actuellement à plus de 10 mètres, et conserver en même temps les deux arbres qui se trouvent exactement à l’endroit des futurs entrées et sorties du parking ? C’était tout simplement impossible. Mais rassurons nos amis nancéiens, ce ne sont pas moins de 20 arbres qui seront plantés aux pourtours de la place rendue piétonne et autant qui verdiront l’entrée et la sortie du parking. Et vous n’avez encore rien vu, car avec la création de l’éco quartier et de son bras vert, ce sont pas moins de 200 arbres qui borderont le futur quai paysagers, sans oublier les plantations à venir Place de la République et les futures Place de la Synagogue et Place des Justes… Alors 2 arbres en moins compte tenu du projet de verdissement de grande ampleur du centre ville… Vous y voyez de quoi polémiquer ? Moi non !