Tous Vandoeuvre c’est quoi ?

Tous Vandoeuvre c’est tout les profils… associatifs, politiques ou tout simplement de vandopériens souhaitant s’engager pour la première fois… loin des étiquettes réductrices dans lesquels certains tentent de nous enfermer…
Nous sommes pluriels, nous sommes uniques et nous sommes tous à la fois.

L’image contient peut-être : texte qui dit ’La liste Tous est née d'un collectif issu de la société civile, du monde associatif et de mouvements politiques (PS, Ecologistes, Mouvement Radical, LaRem, Modem et Tous sont réunis autour d'un projet pragmatique et non dogmatique TOUS VANDEUVRE !’

Lancement de campagne de Tous Vandoeuvre avec François Palau !

Grand lancement de la campagne de François Palau et du collectif Tous Vandoeuvre à la Ferme du Charmois le samedi 15 février 2020 à 11H.
Le collectif vous présentera par la même occasion sa permanence mobile et ses premiers colistiers !

Venez nombreux !

Plus d’informations: https://www.facebook.com/events/520782438837234/

Transformation de la place de Londres

Nous avons travaillé ce soir à l’Espace Coppens sur la transformation de la Place de Londres ♻️

Les pistes abordées se résument essentiellement à la circulation avenue Jeanne d’Arc avec une sécurité accrue.
Il était également question de mobilité douce avec des pistes cyclables.
Autre piste importante : la création d’un lien entre le parc Richard Pouille et Jeanne d’Arc ponctué de lieux de détente et de sport.
Enfin, bien sûr, un arrêt de bus pour desservir les commerces.

Des échanges entre vandopériens très importants pour l’avenir de notre commune ! 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vidéo. Journal des municipales 2020 #4 : François Palau « Stéphane Hablot est peut-être usé »

Vidéo. Journal des municipales 2020 #4 : François Palau "Stéphane Hablot est peut-être usé"

Rencontre avec François Palau, candidat LREM à Vandoeuvre-lès-Nancy.

Investiture confirmée !

François Palau est officiellement investi par En Marche à Vandoeuvre-lès-Nancy. Il portera nos valeurs et composera une liste largement ouverte à la société civile, pour porter un projet novateur pour sa commune !

#TousVandoeuvre #AvecFrancoisPalau une première étape de franchie… La suite a construire 😉

Lancement du premier Atelier Thématique de Tous Vandoeuvre

Hier soir à 20h au Bowling des Nations à Vandoeuvre-les-Nancy se tenait le premier Atelier thématique du collectif « Tous Vandoeuvre » pour recueillir les idées, impressions et envies pour les prochaines Municipales.

Nous avons parlé sécurité, solidarité générationnel, Vie en commun…

Ensemble, écrivons une nouvelle page pour Vandœuvre!

L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes assises, table et intérieur

L’image contient peut-être : 1 personne, intérieur

« Tous Vandœuvre! » est un collectif ouvert qui rassemble depuis 2017 des citoyen(ne)s motivé(e)s dans l’objectif de construire une vision ambitieuse pour Vandœuvre, répondant aux préoccupations quotidiennes et à venir des vandopériennes et vandopériens.
Chacune et chacun d’entre vous est invité à participer à nos ateliers publics et thématiques, destinés à établir un diagnostic partagé de nos quartiers, lequel devra nourrir un projet pour notre ville. Notre objectif commun est de construire une vision à court, moyen et long terme de l’avenir de notre commune.

L’image contient peut-être : 1 personne, assis et intérieur

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes assises, table et intérieur

Premier Atelier du collectif Tous Vandoeuvre.
Merci à toutes et tous pour votre présence malgré la canicule et votre travail très riche.
Le prochain atelier portera sur la mobilité et la métropole.

Plus d’informations

site web https://tousvandoeuvre.fr/

Page Facebook : c’est ICI

Adieu radars fixes, bonjour radars mobiles

Une fois n’est pas coutume… je publie ma chronique de l’émission « Pleins Phares » dans son ensemble… car c’est aussi avant tout un coup de gueule !!!

Et oui les grands malins de gilets jaunes pensaient bien enfler l’état en cassant les radars fixes… la contre attaque sera bien pire. On ne leur dit pas merci… mais alors absolument pas !!

En ces temps incertains, faut-il réparer ou remplacer les radars fixes ? Détestés et vulnérables, ont-ils encore un avenir en dehors des villes ? La réponse est dans la question… Et aussi dans l’avènement du contrôle mobile.

Alors que les automobilistes connaissent leur emplacement par cœur, les radars fixes sont devenus les boucs émissaires et des cibles faciles. Jusque là presque 65% des radars fixes ont été détruits ou neutralisés. Leur réparation coûteraient 512.8 millions d’euros à l’État, donc au contribuable, avec les réparations, dont les coûts ont été uniformisés et simplifiés : 40.000 € par radar fixe en moyenne, 100.000 par radar tronçon.

La Sécurité routière avait annoncé en avril la mise en service de radars avec chauffeurs privés qui verbalisent discrètement sans flasher. Ces véhicules banalisés gérés par des sociétés agréées doivent être déployés sur l’ensemble du territoire d’ici à 2020 afin de décharger les gendarmes et multiplier les contrôles. On en prévoit vingt-six d’ici à l’été prochain. » Visiblement, le déploiement de ces appareils embarqués n’a pas encore passé la seconde.

Mais c’est justement cette option bien moins coûteuse qui pourrait voir son calendrier être accélérée… ce qui n’empêchera pas la réparation de près d’un tiers des radars dégradés. Le parc de radars automatiques sera constitué de 4.700 équipements à la fin de l’année 2019.

2019 sera la véritable année de lancement du radar multifonction, ainsi baptisé car promis à repérer et sanctionner automatiquement une longue liste d’infractions : excès de vitesse, stop ou feu tricolore grillé, ligne blanche franchie, non-respect d’une voie réservée, téléphone au volant, ceinture non bouclée, etc. A ce jour, une trentaine sont déjà installés, et la bête peut surveiller 126 voitures en même temps (en les “suivant” à la trace sur 100 mètres!) et sur cinq files différentes.

Il est prévu l’installation de 400 radars de ce type en 2019, pour commencer. Et 800 de plus d’ici à 2020, soit un total de 1.200 radars.

En complément ce sont  200 radars autonomes de plus.

Ces radars déplaçables sont devenus la bête noire des automobilistes tant ils verbalisent : 50 PV par jour chacun, sachant que cette moyenne est nettement sous-évaluée, du fait que ces engins ne fonctionnent pas en permanence. Le parc de ces autonomes (dits aussi de “chantier”) doit être porté à 500 d’ici à fin 2019… à condition que tous ceux détruits ces dernières semaines puissent être remplacés!

Bref certains petits malins pensaient entuber l’état en cassant les radars… pour quelques perturbateurs en fond de classe c’est toute la classe qui est punie… Merci bande de cons… en plus c’est réparé avec nos impôts !!! On ne vous remercie pas !

Bilan des primaires de la Droite

Je ne me suis pas exprimé sauf a confirmer fièrement que je n’avais pas été voté… maintenant que la campagne est close il est temps pour moi d’exprimer le fond de ma pensée :

Quand je vois cette perte de temps en absence totale de débat de fond dans une lutte du tout sauf Sarkozy (qui n’a jamais constitué un programme et a permis de faire élire un candidat encore plus à droite et bien plus nocif)… et de perte d’argent qui fini dans la poche du candidat de la manif pour tous… je me marre du viol collectif des centristes organisé à grand frais médiatiques d’un super candidat façonné par les élites et les instituts de sondages qui ont prouvés leur totale inutilité… à l’occasion de la primaire de la droite…!! Et oui 2017 ce sera le duel des grenouilles de bénitier contre le FN.

Quelle jouissance d’avoir arrêté la politique. Quelle manque total de vision et d’analyse de l’état politique de notre pays pour aller s’embourber dans cette primaire pour soutenir le candidat Juppé dont la seule popularité ne reposait que sur une mise en scène !?

Le centre s’est de lui même disqualifié et aurait mieux fait de construire une candidature indépendante dans la droite ligne de l’alternative… plutôt que d’aller aux gamelles pour les législatives… personne ne crois aux maigres menaces de ce soir pour demander une inflexion du programme de Fillon… ce n’est pas quand on a le derrière douloureux qu’il faut exiger des aménagements… les valeurs n’avaient pas à être bradées dès le départ.

Malgré les demandes récurrentes je confirme que NON, je ne suis pas prêt à reprendre une carte dans un parti politique (dans lesquels les jeunes générations sont tellement formatées qu’elle reproduisent invariablement les mêmes méthodes que leurs aînés)… je n’ai aucune envie d’adhérer à un espace politique en état de mort cérébrale qui refuse de comprendre qu’il n’y a plus rien à sauver (et qui ne donne la parole et des candidatures à des jeunes qui ne sont que des perroquets du système… ou pire des marionnettes aux mains de leurs aînés… c’est ferme ta gueule et t’aura un avenir… très peu pour moi)… à gauche comme à droite c’est le même état léthargique… on s’entête à donner des soins palliatifs à une cinquième république morte. Je ne me rendrait plus complice de ce système politique, énarque et médiatique qui façonne de fausses vérités pour auto protéger les mêmes élites qui confisquent le pouvoir aux citoyens depuis tant d’années…(le plus ironique étant que c’est la génération de mai 68… qui voulait tout mettre à terre… qui est aujourd’hui aux affaires… et fait tout pour garder les manettes en mains) trop c’est trop… vous façonnez inlassablement l’inévitable victoire du FN en vous accrochant à un système dont les citoyens ne veulent plus. Si ce n’est pas 2017… ce sera 2022 ou 2027… mais si rien ne change ce sera inévitable. Alors cassez vous et laisser le peuple choisir son destin.

Duel au Modem

Vivement la fin de ces échéances internes !

Pour ma part une chose et claire… au delà de l’attitude de Danièle Noël comme de Sonia Sadoune qui ont purement et simplement refusées de me dire bonjour avant la séance du Conseil de la Communauté Urbaine du Grand Nancy, scène surréaliste aux yeux de nombreux élus de la majorité comme de l’opposition qui me connaissent (et c’est elles qui parlent dans leur profession de foi de liste: « Par notre candidature, nous entendons défendre nos valeurs et notre projet politique, l’unité de notre parti et associer pleinement les adhérents qui nous ont rejoints. » En d’autre termes, on dégage ceux qui ont eu l’audace d’être nos compétiteurs ! Elles se foutent carrément de notre gueule !

Téléchargez la profession de foi de la liste « démocrates en mouvements », conduite par Sonia Sadoune

Le pis étant, que dans l’article de l’Est Républicain d’hier, Danièle Noël se défends, sur la demande légitime de Thierry Coulom d’avoir accès au fichier d’adhérents en tant que candidat à la présidence pour chercher les personnes nécessaires qui souhaiteraient s’engager à ses cotés sur sa liste, en rappelant : « que Thierry Coulom à pu déroger aux statuts en présentant une liste de 13 personnes seulement au lieu de 20 ». Là encore elle se fout de notre gueule.

Duel au MoDem 13.11.2014

La CNIL citée en exemple est très claire sur « La communication de la liste des personnes participant à une consultation »

La transparence et le contrôle démocratique sont en particulier nécessaires dans l’hypothèse où les personnes consultées doivent justifier d’une qualité particulière […] Ainsi, en application d’un fondement juridique explicite, une liste nominative des signataires peut être communiquée à l’organisme de contrôle des modalités de la consultation, au destinataire, à tout électeur qui le demande, ou encore publiable sur le site internet de la consultation. (page 24).

Si la consultation n’est ouverte qu’aux « membres » et « contacts réguliers » d’un parti, le fichier constitué est exonéré de déclaration. Le parti ou groupement politique responsable du fichier n’est pas pour autant exonéré du respect des autres dispositions de la loi « Informatique et Libertés ». Les fichiers utilisés pour organiser une pétition ayant pour objet de soutenir directement l’action politique d’un élu, candidat ou parti politique, relèvent de la déclaration simplifiée par référence à la norme simplifiée n° 34. Dans les autres cas, les fichiers utilisés pour organiser une consultation relèvent de la déclaration « normale ». (page 26)

Télécharger le Guide de la CNIL « Communication Politique »

Je vous rappel que le règlement intérieur du Modem dans son article 4a:

« Toute liste de candidats au Conseil départemental présente alternativement un homme et une femme, à raison d’un représentant par fraction de 10 adhérents dans les départements jusqu’à 500 adhérents, d’un représentant par fraction de 20 adhérents au-delà de 500 adhérents. Les listes visent à assurer une représentation équilibrée des populations et des territoires. Le Conseil départemental
ne peut pas comprendre moins de 20 membres élus, sauf dérogation accordée par le Bureau exécutif sur proposition du Président départemental.
Les listes incomplètes sont recevables dès lors qu’elles comportent au moins autant de candidats que la moitié des sièges à pourvoir. »

Téléchargez le règlement intérieur du Modem

Danièle Noël ment effrontément et publiquement !

Thierry Coulom n’est pas un homme parfait, il l’assume, j’ai des désaccords avec lui, comme il en a avec moi, mais il a au moins le mérite de dire la vérité, de débattre sur les questions de fond au lieu de se contenter d’une communication de forme, de demander des explications sur les règles qui régissent notre démocratie car l’équipe sortant à maintenu dans l’ignorance volontaire, les adhérents.

Et comme je l’ai dit dans mon courrier de témoignage en faveur de Thierry, et je l’assume : « Ces deux dernières années, comme Secrétaire des Jeunes Démocrates vous m’avez connu aux cotés de Danièle Noël, alors pourquoi suis-je ici ? Parce que je suis passé du mouton à la brebis galeuse au moment où j’ai commencé à poser des questions sur notre fonctionnement démocratique interne.
En deux ans je n’ai jamais eu le fichier adhérents des jeunes, alors comment exercer mon travail de secrétaire dans de telles conditions ? »

Que chacun fasse son choix, j’ai fait le mien ! Ce que je sais déjà, c’est que si Danièle est réélue, il n’y aura pas de réconciliation… Pas parce que nous ne le voudrions pas… Parce que sont attitude démontre qu’elle ne le veut pas !

Retour sur les Universités de Rentrée 2014 du MoDem à Guidel

ur2014

Discours de Clôture

http://dai.ly/x26dsee

Discours fort, combatif et reposant sur une analyse sérieuse et consciente des réalités de François Bayrou lors de cette université de rentrée du Modem à Guidel en Bretagne.

François Bayrou, a prôné les « convictions » face aux « soumissions » :«Je veux vous dire ceci, simplement mais gravement: la politique française a besoin de tout sauf d’un parti unique.», ajoutant que : «La politique française a besoin de tout, sauf d’un parti unique, elle a le plus grand besoin d’échapper à la mainmise d’un appareil unique, de courants internes d’un appareil unique, (…) des habitudes et des dérives que nous ont imposées depuis des années le monopole du PS et de l’UMP».

Le président du MoDem avait réservé, dimanche à Guidel dans le Morbihan, la dernière partie de son discours, prévu en clôture de l’université de rentrée du mouvement, pour insister sur un point précis. «Ce que je dis devant vous, non pas sur Facebook, mais devant une salle engagée, a-t-il poursuivi, c’est qu’il faut exactement le contraire, il faut du débat, de la liberté de pensée, de la confrontation d’idées, il faut, non pas des satellites et des soumissions mais des ego, des partenaires de plein exercice.» Puis, s’engageant publiquement au nom des militants du MoDem et en leur «nom», François Bayrou a assuré, comme une promesse: «La tentative toujours recommencée de soumettre subrepticement le centre, je suis garant qu’elle ne réussira pas plus aujourd’hui qu’elle n’a réussi hier.» Et de prévenir : «Je suis garant que personne, qu’aucune manœuvre ne privera les Français de ce droit au pluralisme et au dialogue et, s’il le faut, du droit à la confrontation entre la diversité des courants politiques et des visions de l’avenir de notre pays». «Je suis garant de l’indépendance du centre», a-t-il répété, insistant sur «la liberté» et «l’indépendance» de ce courant de pensée, un courant «enfin uni». Mais, il a aussi ajouté qu’il n’avait «pas l’intention» de «se spécialiser dans quelque anti-sarkozysme que ce soit». «La tentative toujours recommencée de soumission du centre, elle ne réussira pas plus aujourd’hui qu’elle n’a réussi hier», a-t-il martelé, s’adressant aussi aux «amis de l’UDI», a-t-il prévenu enfin en soulignant que les principes qu’il défendra «N’empêche en rien les ententes, les alliances, les rassemblements», «Au contraire, clame-t-il, on s’entend mieux quand on est pleinement soi-même!» (L’UDI, qui cherche un successeur à Jean-Louis Borloo d’ici novembre, devra en effet se positionner.)

Il a aussi moqué «beaucoup de responsables politiques» qui «sont devant Marine Le Pen comme des lapins pris dans les phares d’une voiture, en catalepsie!», et balayé tous les thèmes qui lui tiennent à cœur: la dette, l’Éducation nationale, la reconquête de État, la moralisation de la vie politique (…) sans oublier son combat contre la privatisation des autoroutes ou encore l’arbitrage accordé à Bernard Tapie … sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Jean Arthuis, vice-président de l’UDI, a souligné, pour sa part, «l’urgence de rassembler la famille centriste», vanté les «débats stimulants» du MoDem et promis de revenir «plus souvent». Même Sandro Gozi, le secrétaire d’État italien aux Affaires européennes, s’est adressé aux militants dans un message de soutien, empêché de venir à cause de la grève des pilotes d’Air France.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’université de rentrée à Guidel

ur2014

L’université de rentrée, du vendredi 19 au dimanche 21 septembre à Guidel (Morbihan), sera un moment important et passionnant, en raison du thème que nous avons choisi et de la grande qualité des intervenants.Le sujet de ces trois journées, que nous avons voulues au coeur des attentes des Français, sera la question que tous les citoyens se posent aujourd’hui : « Comment reconstruire la France ? »
Vous trouverez ci-dessous le programme de ces journées de réflexion qui seront aussi l’occasion d’échanges et de moments chaleureux.

Vendredi 19 septembre

15h – 17h : ateliers
18h : séance d’ouverture avec Marc Fesneau (secrétaire général du Mouvement Démocrate)
18h15 : plénière « Fractures françaises » avec Laurent Davezies (professeur au CNAM et à l’université Paris-Est Créteil Val-de-Marne), Philippe Estèbe (professeur à l’IEP de Paris et à l’École des Ponts-et-Chaussées) et Jean-Pierre Rioux (historien)
21h : plénière « Reconstruire la France », animée par nos vice-présidents (Marielle de Sarnez, Jacqueline Gourault, Nathalie Griesbeck, Jean Lassalle, Robert Rochefort, Jean-Marie Vanlerenberghe) avec la participation de Jean Arthuis, député européen, président de l’Alliance Centriste

Samedi 20 septembre

9h – 11h : ateliers
11h : plénière « Démocratie, éthique, nouvelle République » avec Bastien François (professeur de droit public, directeur du département de science-politique à Paris I Panthéon-Sorbonne), Loïc Blondiaux (professeur de science-politique à Paris I Panthéon-Sorbonne), Michaël Foessel (titulaire de la chaire de philosophie de Polytechnique), Michel Verpeaux (professeur de droit public à Paris I Panthéon-Sorbonne) et Nordine Nabili (journaliste, président du Bondy Blog)
14h – 15h30 : ateliers
15h30 : plénière « Croissance, emploi, compétitivité » avec Jean Pisani-Ferry (commissaire général à la stratégie et à la prospective), Jean-Marc Daniel (directeur de la revue Societal), Vincent Champain (co-président de l’Observatoire du long terme) et Jean-Hervé Lorenzi (président du Cercle des Economistes)
17h30 – 19h30 : ateliers
21h : plénière « Proche-Orient, quelles perspectives ? » avec Georges Malbrunot (journaliste, écrivain), Christian Chesnot (journaliste, écrivain), anciens otages en Irak, et Antoine Sfeir (directeur des Cahiers de l’Orient, écrivain)

Dimanche 21 septembre

10h30 : Intervention de Sandro Gozi, secrétaire d’Etat italien aux Affaires européennes
11h : séance de clôture
Intervention de Marielle de Sarnez, 1ère vice-présidente du Mouvement Démocrate
Discours de François Bayrou, président du Mouvement Démocrate, maire de Pau