« De la vérité en politique » de François Bayrou

De la vérité en politique

Le nouvel opus Bayrou est arrivé ! Bon comme à son habitude il traite de l’actualité politique à sa façon, et une fois de plus met en lumière un problème fondamental avant même que la réalité rattrape la fiction. Dans ce livre consacré à la vérité en politique (paru en Mars) tout tourne autour de la moralisation de la vie politique, de la rénovation nécessaire de nos institutions pour mettre un terme aux changemenst incessant entre le PS et l’UMP dus à un système tourné autour de la bipolarisation de la vie politique qui engage les candidats à faire des promesses qu’ils savent intenables d’une élection à l’autre à l’exemple de François Hollande qui déclarait alors en tant que candidat à la primaire socialiste « qu’un excès d’imposition serait un signal négatif, que cela n’apporterait rien au budget… » et qui une fois devenu candidat à la Présidentielle, nous promet « la taxe à 75% sur les hauts revenus » au risque de l’inconstitutionnalité.

Tout est une question d’affirmation d’une vérité dite, d’une stratégie clairement assumée et de la réunion d’hommes et de femmes conscients et responsables qui conservent leur identité politique – au delà des partis et courants internes – comme condition du redressement de notre pays, avec comme unique visée l’intérêt supérieur du pays… la réalité et que le système électoral en lui même nous y éloigne, par le simple fait d’un élection à deux tours donnant une majorité écrasante d’un mastodonte contre un autre en niant au passage les autres partis, qui de l’extrême droite à l’extrême gauche, en passant par le centre, représentent 40% des voix au premier tour et n’obtiennent que 2% des élus !

François Bayrou appel à une mobilisation à la réflexion des citoyens pour les encourager à ne pas laisser se laisser trimbaler dans un jeu devenu stérile de bipartisme, qui n’est pas qu’une question de vertu  mais aussi une condition d’adhésion du citoyen à son devoir d’exerce utile et efficace du pouvoir politique. Il faut parler aux citoyens comme à des adultes. la vérité n’est pas un langage de pessimisme, mais plus on affirme la vérité, plus il faut animer le courage, la volonté, l’envie de vivre, qui seuls permettent de saisir le réel pour le changer. Nos difficultés actuelle sont françaises. Elle ne viennent pas de l’extérieur car on constate qu’à conditions égales de conjoncture (de taux de change de l’euro, de rythme de croissance…) le France fait moins bien que ses voisins européens. Nos handicaps, blocages et freins sont nationaux, français, hexagonaux, intérieurs. Ils nous appartient de les identifier pour les résoudre… « L’essentiel de l’exercice démocratique devrait être consacré à éclairer le peuple souverain avant qu’il ne prenne sa décision ». François Bayrou affirme que derrière la vérité, c’est un citoyen devenu co-décideur de son destin et la fin de la domination démocratique du fort sur le faible… Car il n’y a point de cap connu quand la vérité est dissimulée.

Au passage d’un regret historique, lointain et tenace dans la mésentente des deux courants historiques centristes (les radicaux réformistes et les démocrates chrétiens), qui avaient fait résistance ensemble face au nazisme. ceux qui croyaient au ciel, comme ceux qui n’y croyaient pas, avaient le même amour de la patrie et de la vérité. « Leur entente auraient été une bénédiction », affirme t-il. Faut-il y voir là une main tendue pour l’union du PRG de l’UDI et du MODEM ?

Face aux mensonges des dernières décennies  » le citoyen se voit ainsi conduire à considérer qu’il n’y a nulle adéquation entre la promesse et la réalité »… Donc à partir de là, il n’y a aucune raison de s’étonner que les Français entonnent le chant du tous menteurs, tous pourris… Qui profite électoralement surtout à l’extrême droite. Le cynisme actuel est devenu insupportable en temps de crise, car les peuples exigent de savoir, de comprendre, d’être informé et de participer. Le temps des « Universités populaires » est revenu à tous les étages de manière électronique… Ce virus de la démocratie directe est l’héritage de la révolution Française qui légitime cette revendication de responsabilité directe que le système actuel à confisque au profit de castes. Les fonctionnaires (en particulier de l’Education Nationale) prenant les postes à gauche, les avocats d’affaires et chef de grandes entreprises, les prenant à droite… Et au milieu ?

Dans un travail de vérité, il est temps de mettre un terme aux mesurettes qui donnent lieu à des lois éphémères qu’un ministre met en place sur le même principe qu’il a critiqué sauvagement chez son prédécesseur et qu’il réécrit en le présentant comme révolutionnaire, à l’exemple des lois d’encouragement à l’investissement locatif Quélès devenant Mehaignerie, Besson, Robien, Périssol, Scellier et aujourd’hui Dufflot… Sur un autre plan, combien de candidats ont promis des gouvernements resserrés à 15 ministres alors que l’on reste toujours aux alentours de 40 ? Sans oublier les cabinets, l’appareil qui les entoure, les frais qui vont avec… 

François Bayrou profite de ce nouveau livre pour expliquer longuement et pourquoi il à choisi de favoriser l’alternance au travers de deux priorités selon lui : « La moralisation de la vie publique » et le choix de lutte contre « la division du pays, de l’excitation des Français des uns contre les autres » qui avait cours durant la dernière campagne présidentielle. Le second point reposant essentiellement sur la haine des profiteurs (chômeurs et immigrés). Il dit s’être opposé à cette stratégie par lucidité et besoin de défendre l’unité citoyenne qui, elle seule, peut permettre de mettre en place, comme il l’explique tout au long de ce livre, à l’effort de redressement nécessaire. Il s’interroge au passage sur l’absence plus que marquante de réaction des humanistes autoproclamés et humanistes de l’UDI qui avaient apporté leur soutient à Nicolas Sarkozy, face au discours de haine qui est pourtant contraire à leurs valeurs… Mais que pèsent les valeurs face à un siège confortable d’élu ?

Sur 26 pays de l’Europe continentale, 25 ont choisi l’équité dans la représentation démocratique par la proportionnelle, tous sauf un : « La France » ! Le pluralisme est un droit pour tous. La démocratie se reconnait par la protection des droits des minorités. Face à la situation du Pays, comme de l’UE, il convient de mettre en place une politique dirigiste avec une vision sur les décennies à venir (L’UE réfléchi sur 4 ans, la Chine, les USA, le Brésil à 30 ans…). En somme il faut recréer les forces de création et de production, au delà des intérêts partisans à l’interne de chaque pays et des intérêts particuliers de chaque nation ! Au niveau Français cela passe par l’encouragement au « Made in France » car il suffirait de 15 à 20% de la consommation française dirigé la production nationale pour relancer la croissance et effacer le déficit de la balance commerciale où en l’encouragent vers l’importation. Au niveau Européen, il est grand temps de créer les institutions qui garantirons une continuité de vision sur des décennies qui résisterait aux changements incessants de représentants par un calendrier électoral différencié d’un pays à l’autre qui fait que l’UE est en élection permanente et ne dispose de fait d’aucune stabilité.

Un livre que je vous recommande chaudement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s